Evolution et utilisation

Tantôt inspiré d’observations transmises au fil des générations, tantôt soumis à des pratiques de magie et de superstitions, l’art de guérir a montré un grand développement au cours des différentes époques.
Certains anthropologues pensent que nos ancêtres ont systématiquement goûté toutes les plantes sauvages qui les environnaient et en ont déduit leurs avantages et leurs inconvénients.

La médecine par les plantes e st née en Inde près de  5000 ans avant JC et s’est propagée dans toute l’Asie. A cette époque, les maîtres spirituels d’Inde transmettaient oralement la science médicinale des plantes. Depuis, l’homme a multiplié ses recherches en suivant cette voie.

En Chine, dès le 1er siècle, 250 plantes médicinales étaient cataloguées suivant leurs lieux de production, leur mode de préparation et leur action sur un organe précis. L’utilisation thérapeutique chinoise des plantes gagnera le Japon dès le VIème siècle.

A cette époque en Occident, le médecin grec Hippocrate avait déjà posé (au 1er siècle avant J.C) les grands principes curatifs de plus de 200 variétés de plantes actives sur la beauté et la santé des femmes. Au Moyen-Âge, les plantes sont largement associées à la médecine. Les premières boutiques d’apothicaires apparaissent en Europe au 13ème siècle et les plantes locales s’utilisent massivement dans des tisanes, des décoctions ou en onguents. L'ouverture de nouvelles routes maritimes vers l'Orient permet d’ajouter à la liste de nouvelles plantes et épices (le camphre, le gingembre, la cannelle…) qui vont apporter leur lot de vertus.

Au IXe siècle,  Charlemagne créa des écoles religieuses où l'étude des plantes curatives était la base de l'enseignement médicinal. Dioscoride, médecin grec fut considéré comme le précurseur de la pharmacognosie (étude des médicaments d'origine animale ou végétale), il répertorie 520 espèces de plantes. Soigner est un Art dont la nature fournit les principes essentiels. Les médecins et les prêtres en furent les premiers utilisateurs ; par la suite, la botanique fut longtemps réservée aux femmes, car considérée comme peu virile.

Le travail des chimistes du XIXème siècle va permettre une identification plus précise des agents actifs des plantes et une meilleure définition de leurs vertus.

 Depuis quelques décennies, l’ère du bien être, la recherche d’une vie saine, le retour aux choses essentielles, à la nature, fait renaître un enthousiasme certain pour les plantes. La phytothérapie, médecine douce par excellence, propose des remèdes à base de plantes adaptés au mal à traiter et pouvant être prescrits sous forme de tisane, de sirop ou encore d’inhalation. Ainsi, les recherches actuelles ont confirmé la pertinence des méthodes de guérison du passé appliquées aux plantes.

.

.

Aujourd'hui, les plantes peuvent être classées selon leurs utilisations :

- Circulation du sang _ ex : Le genêt a une efficace action tonicardiaque, donc favorise la circulation du sang.

- Appareil digestif _ ex : Le citronnier est un bon dépuratif, désinfectant et digestif ; il sert à combattre les affections du foie ainsi que les diarrhées.

- Appareil respiratoire _ ex : On préconise le pin contre les affections de l’appareil respiratoire telles que les bronchites les pneumonies ou encore les rhumes ; en application externe, contre les rhumatismes, la goutte et des bronchites spécifiques.

- Système nerveux _ ex : Le basilic est utilisé pour tonifier l’activité nerveuse.

- Appareil génito-urinaire _ ex : Toutes les parties du pin contiennent une huile essentielle riche en principes actifs qui ont une action bienfaisante sur l’appareil urinaire. Il stimule les glandes qui sécrètent les hormones sexuelles. On les préconise contre les affections des voies urinaires

- Maladies de la peau _ ex : La camomille se montre utile pour soigner les maladies de la peau, ainsi que pour accélérer la cicatrisation des plaies et des brûlures.

- Maladies des yeux _ ex : La myrtille possède un pouvoir antioxydant d’où ses effets protecteurs et bénéfiques sur la cataracte.

- Parasites intestinaux _ex : La camomille romaine et allemande entre dans la composition d’un des meilleurs remèdes existant pour les inconforts digestifs, les ballonnements, les nausées et les spasmes intestinaux.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site